Description
Le corps est considéré comme une instance de la personne, c’est-à-dire un lieu à partir duquel des actes sont posés (par exemple, pour subvenir à ses propres besoins ou s’adapter à l’environnement). C’est une instance liée à la sensibilité, qui est en contact direct avec un environnement humain et des réalités matérielles. Le corps est appréhendé avec son « territoire» vital, son habillement, les affaires qui le concernent, son cadre de vie direct.

Le corps est une réalité sexuée qui détermine l’identité d’une personne et influence ses choix, ses comportements, ses relations.

Le corps est une réalité biologique qui a ses lois spécifiques de fonctionnement, de développement et de vieillissement; c’est une réalité qui a un potentiel et des limites : résistance, longévité, énergie, beauté, santé, etc.

C’est un « réservoir et un producteur d’énergie » et de vitalité plus ou moins importants selon les personnes. Chacun possède un capital de départ qu’il peut entretenir tout au long de son existence ou qu’il peut dilapider, provoquant une usure prématurée de l’organisme physique.
Il agit comme un révélateur de la vérité du vécu intérieur de la personne. Les sensations corporelles (bien-être physique, tension, faim, chaud, etc.) contiennent chacune un message renseignant sur le vécu du corps et/ou sur le vécu psychologique. Ce langage du corps échappe au pouvoir du moi-je, les manifestations corporelles peuvent s’imposer sans que le moi-je puisse les contrôler (émotions, maladies…). Dans le même sens, on peut considérer le corps comme un « vieux sage » réaliste qu’il est nécessaire d’écouter.

Le corps représente un moyen d’expression de la personne, de sa sensibilité, de ses sentiments, de sa pensée, de son être… (à travers les gestes, le regard, les attitudes, la voix, la sexualité, mais aussi le choix des vêtements, etc.)
Il constitue un moyen privilégié d’accès à l’être et d’unification de la personne. La détente musculaire, des exercices respiratoires ou certaines attitudes du corps favorisent l’intériorisation et le ressenti des sensations profondes provenant de l’être. Par ailleurs le bien-être physique est un chemin qui ouvre au bien-être de la personne dans sa globalité.
Il existe une interaction constante entre les différentes instances de la personne et le corps. Les principes, les ambitions du moi-je, sa docilité ou son indocilité vis-à-vis de la conscience profonde ont des retentissements sur le corps, le tendent, l’épuisent ou le respectent. Les envies qui emportent la sensibilité, mais aussi les souffrances que celle-ci contient prennent beaucoup d’énergie. Enfin, il y a une unité ontologique entre les deux instances être et corps: « Nous sommes être et corps, indissociablement, au point de pouvoir dire que nous sommes un être corporé. ». Ainsi ce qui touche l’être rejaillit et s’exprime dans le corps (par exemple, une joie profonde émanant de l’être de quelqu’un illumine son visage, une motivation profonde le mobilise, la sensation de liberté intérieure procure une aisance corporelle etc.). La réciproque est vraie, l’état du corps influe sur le moi-j e, la sensibilité, et l’être (leur efficience est largement diminuée en cas de fatigue, ou au contraire renforcée quand le corps est en bonne forme, par exemple). La croissance de l’être humanise le corps. Ce dernier laisse de plus en plus transparaître le rayonnement de l’être. L’être humain se démarque ainsi du règne animal.
(La personne et sa croissance p.95-97)

Hamilton Tickets Dyson Hair Dryer Arlo Pro 2 Wire-Free 1080p HD Camera arlopro2.us Honda Portable Inverter Generator EU7000is hondaeu7000is.us Find great deals for Brother SE400 Computerized Sewing Machine brotherse400.top